Skip to main content
Éducation bienveillante

Tranche de vie de Geneviève

Par 24 avril 2019septembre 10th, 2020No Comments

Heure du dodo. Ce soir, mes enfants ne veulent pas sortir du bain. Ils choisissent leur pyjama pendant 20 minutes. Ils me demandent une autre et une autre histoire. Je manque de discipline.

À un moment, ça me rattrape et je m’énerve. Je me mets à parler vite, en donnant des ordres, quand Adrienne dit :

— Ouf! J’allais te dire « Maman, tu es énervée! » mais je me suis retenue. Tu n’aurais pas aimé ça hein?
— Oh, tu penses que tu ne peux pas me dire ça?
— Est-ce que ça t’aurait dérangée?
— Je ne sais pas… Probablement un peu.
— Tu parlais super vite « blablabla » comme si tu étais énervée.
— Oui, je l’étais. Je me suis impatientée.
— Qu’est-ce qu’on peut te dire pour que tu te calmes?
— Hummm… peut-être que « Respire maman, on peut parler tranquillement », je crois que ça irait.
— Ok, je vais essayer. Si tu recommences à être énervée… « Respire maman, on peut parler tranquillement. »

Ces conversations avec mes enfants me touchent tellement. Beaucoup d’entre nous n’auraient pas pu, enfants, avoir cette conversation avec nos parents. Et pourtant, on ne parle que de mes émotions et de mon stress.

Je leur demande parfois (souvent) de parler avec douceur ou de respirer profondément pour diminuer le stress. Et je veux qu’ils sentent à quel point, quand je leur fais ces demandes, c’est pour notre bien-être commun.

On peut leur enseigner à nommer les émotions.
On peut leur enseigner des habiletés pour les vivre.
On peut en faire un sujet habituel de conversation.
On peut les aider.
Et on peut leur apprendre à nous aider, sans se sentir menacé.

— Geneviève Boileau, formatrice Parentalité consciente et bienveillante