Réflexion poétique sur les temps qui court

 

Hier la vie était normale!
Le quotidien remplissant tous les interstices de notre existence
Nos journées passaient aux rythmes de nos automatismes
Nous roulions vers le succès au volant de notre bonheur préfabriqué

Et puis craque!
La vie nous balance un 2×4 dans notre beau visage collectif
Un virus nous attaque, nous rappelant notre inévitable mortalité
Plus d’école, plus de spectacle, plus de collègue avec qui jaser
Plus de papier cul pour s’essuyer
L’anxiété totale

On prend un grand respire!
Puis un deuxième, pour ressentir nos muscles, nos os
Notre cœur et tout notre système nerveux qui s’agite
On se laisse déranger sans bouger
On revient dans son corps
Dans son gros cerveau

Nous vivons une interruption!
Après le vent de la confusion
Des possibilités qui s’ouvrent, incertaines, mais présentes
Après un moment d’isolation
Un retour en soi-même, à sa tribu, à un sens plus profond 
De la vie qui s’offre à nous

Nous vivons une interruption
Choisissons d’y entrer, de la traverser
Avec nos inconforts et nos anxiétés
Qui sait peut-être que de l’autre côté
Nous nous retrouverons
Transformés

 

— Jean-Philippe