Skip to main content

Incarner ses valeurs au quotidien

Chez Spiralis, nous avons mis en place quelques pratiques quotidiennes qui nous permettent d’être cohérent.e.s avec nos valeurs, avec ce que je nous enseignons.

Pas étonnant que l’écoute empathique et l’expression authentique soient au cœur de notre quotidien. Cela peut sembler évident et pourtant, ça ne l’est pas toujours. Bien que l’ensemble de l’équipe soit outillé et adore pratiquer la CNV, c’est souvent le facteur TEMPS qui pend telle une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes d’idéalistes! Et nous ne sommes pas les seul.e.s…

🧘🏿Les spécialistes de la pleine conscience prennent-ils.elles le temps de mettre en pratique tout ce qu’ils.elles recommandent de faire au quotidien?

🏃Les professionnels de l’activité physique bougent ils.elles autant que ce qu’ils.elles recommandent à leurs clients?

👩🏽‍⚕️Les médecins, surchargés, consomment-ils.elles trois repas équilibrés et beaucoup d’eau tous les jours comme ils.elles le prescrivent à leurs patients?

Pas toujours.

Cela ne nait pas de mauvaises intentions, au contraire! C’est plutôt la conséquence qui découle d’une très bonne intention : celle de vouloir accomplir toutes nos tâches et d’atteindre nos objectifs dans un temps limité avec le personnel disponible (souvent une équipe un peu trop lean). L’aspect humain et relationnel est trop souvent la première chose qu’on met de côté dans l’espoir de « gagner » du temps. Mais y gagne-t-on vraiment?

La réalité Spiralis🌀

Comme dans beaucoup d’organisations, les journées sont bien remplies chez Spiralis et les heures s’écoulent à la vitesse de la lumière – le temps passe vite en agréable compagnie! C’est alors que l’on se pose la question : veut-on continuer à prendre le temps de faire un check-in et un check-out au début et à la fin de de nos réunions d’équipe?

Cette pratique, qui comporte une foule d’avantages a aussi un coût : elle empiète sur de précieuses minutes de rencontres servant à faire avancer nos projets. Quand 60 minutes sont prévues à l’agenda, la pratique du check-in signifie que l’on peut seulement se pencher sur le sujet de la réunion pendant 45-50 minutes. Sans compter le fait que l’on doive aussi prévoir un temps pour un check-out à la fin! (Nous proposons souvent de le faire à l’aide d’un seul mot.)

Les bénéfices sont-ils suffisants pour justifier un tel investissement? Chez Spiralis, nous répondons « OUI » sans hésiter. C’est l’une de nos stratégies préférées pour nourrir notre besoin de connexion au travail. Cette pratique contribue à générer un niveau de confiance élevé entre collègues, ce qui renforce significativement notre capacité à traiter les sujets et à prendre des décisions de groupe… même quand nous ne sommes pas tous d’accord.

En même temps, nous considérons qu’il est important de mettre en place une structure qui permet de garder un équilibre entre connexion ET productivité, puisqu’il s’agit d’un contexte de travail.

Le cadre pour favoriser l’équilibre ⚖️

La méthode

Lorsque l’on choisit mettre en place la pratique du « check-in » en réunion, il est important de s’entendre sur un format préétabli. Chez-nous, nous invitons chacun à focaliser sur ce qui est vivant en eux en utilisant OSB (Observation, sentiment, besoin). En même temps, nous sommes très flexibles sur la formule exacte puisque c’est surtout l’authenticité de celui ou celle qui s’exprime qui nous intéresse.

La structure nous permet d’éviter de tomber dans des situations où un membre de l’équipe rumine ses doléances pendant de longues minutes ou qu’un autre raconte une anecdote pour faire rire les collègues (un classique pour ceux.celles qui sont moins à l’aise avec la pratique et tentent l’évitement). Tout le monde s’inspire d’un même format.

Le temps

Le facteur temps est également important : Chez nous, c’est 45 secondes par personne: ça incite à être « rigoureux.se » dans son processus tout en favorisant l’équité pour tous.tes.

La posture

Ce qui est tout aussi important que la personne qui s’exprime dans un exercice de check-in, ce sont les autres qui écoutent! Parce qu’il est tellement facile de se laisser distraire, on demande à tous.tes de fermer les écrans et mettre les crayons de côté pour se concentrer exclusivement sur la personne qui parle. C’est un moment plus lent qui invite à la présence et à la bienveillance.

Quelle stratégie utilisez-vous régulièrement favoriser le besoin de connexion dans votre équipe de travail?

 

Ateliers en lien avec cet article 

Atelier d’introduction BASES de dialogue authentique

Atelier intermédiaire EMPATHIE: le pouvoir de l’écoute

Communication et travail d’équipe (atelier offert en organisation)

Conférence en organisation

 

À propos de l’auteur

Geneviève Bertrand s’est jointe à l’équipe de Spiralis pour contribuer à son rayonnement, entre autres. Elle adore le marketing, celui qui est fait en toute conscience et cohérence. Geneviève est passionnée de Communication Non Violente et de leadership bienveillant, junkie de lectures qui font « grandir » et amoureuse du développement personnel et spirituel. Elle est la « voix » de Spiralis sur les médias sociaux (Facebook, Instagram, Linkedin) et dans l’infolettre.